fbpx

6 étapes pour lancer ton business en 2020

26 Fév, 2020

L’épisode 2 du podcast Révèle-Toi te livre un fil directeur pour créer ton entreprise, grâce à 6 étapes clés.

Tu trouveras ci-dessous la transcription complète de l’épisode. Bonne lecture !

*

Créer son entreprise, c’est faire face à un million de questions et de doutes. Vous êtes nombreux à me dire que vous ne savez pas par où commencer pour lancer votre activité.

On me demande souvent : qu’est ce qui est le plus important ? Qu’est ce qui peut attendre ? Comment je peux planifier et suivre ma progression ?

Certaines personnes peuvent se retrouver effrayées face à l’ampleur du chantier et je comprends totalement. Le problème, c’est que quand tu es effrayé, tu finis par ne rien faire du tout.

Pourtant, avec un peu de méthode et une bonne organisation, tu peux te lancer de façon sereine en quelques semaines.

Dans cet épisode, j’avais envie de te détailler les six étapes clés pour lancer ta micro-entreprise. Je te présente un cheminement simple et logique qui te permettra de construire ton projet sur des bases solides.

Étapes création d’entreprise : remarques préliminaires

Trois précisions avant de commencer. Il n’y a tout d’abord pas d’ordre chronologique universel, même si, selon moi, il y a certaines choses qui sont à prioriser. Je te dirai au cours de l’épisode pourquoi telle étape vient après une autre ou avant une autre. Mais je sais qu’il y a différentes façons de voir les choses.

Peut être que tu t’es renseigné déjà sur Google. Et puis tu as lu plein d’articles de blog qui te disent plein de choses différentes. Je te délivre aujourd’hui ma vision des choses pour que tu puisses avancer sereinement.

Parfois, les étapes se mélangent, se superposent. Ce ne sont pas des étapes du style, des petites tâches à cocher au fur et à mesure de la journée dans to do list, non. Ces étapes là sont pas forcément successives.

Effectivement, il y a un ordre logique, mais il y a des étapes qui vont se retrouver tout au long de la maturation de ton projet de création d’entreprise. Je pense par exemple à réfléchir à son positionnement. Ça se construit sur le moyen terme. Évidemment, ce n’est pas quelque chose que tu fais en deux heures. Et puis ensuite, tu archives ta carte Trello et tu passes à autre chose. Non, ce n’est pas le cas. L’objectif avec ce podcast, c’est de donner une vision d’ensemble, une trame, un fil conducteur.

Je n’entre pas dans les détails de chaque étape parce que je pense que chaque étape pourrait avoir son propre podcast. Vraiment, l’objectif de ce podcast, c’est permettre de tout donner vraiment un fil directeur pour que tu puisses avancer, que tu puisses progresser et que tu te sentes pas complètement perdue face à l’ampleur de son projet.

Il y a 6 étapes dans ce podcast, que je diviserais en deux. Les trois premières étapes peuvent correspondre à l’idée.

L’idée, ça va être ici de valider ton envie d’entreprendre et d’affiner ton idée d’entreprise.

Les 3 dernières étapes sur les 6, c’est l’action. Là, on va rechercher comment mettre en place cette idée d’entreprise. On passe vraiment de l’idée au concret.

On va commencer par les trois premières étapes, qui correspondent à l’idée.

Étape n°1 : Dresser un bilan personnel et se poser les bonnes questions

C’est important d’attendre le bon moment pour entreprendre. Mais il ne faut pas l’attendre trop.

Tu vas apercevoir qu’il y aura jamais de moment idéal.

Il faut juste commencer à entreprendre dans une période de ta vie où tu as une certaine stabilité au niveau des émotions, au niveau de ton moral, au niveau familial, au niveau amical, sentimental, etc.

Il faut quand même être dans un bon état d’esprit pour entreprendre.

À l’occasion de cette première étape, tu vas vérifier plusieurs choses.

Est-ce que tu entreprends pour les bonnes raisons ?

Typiquement, je vais te le dire cash. Si tu entreprend pour l’argent et simplement pour l’argent, tu fais vraiment fausse route. L’entrepreneuriat n’est pas un moyen facile de gagner de l’argent.

Effectivement, tu peux gagner plus d’argent que si tu étais salarié. Et encore, cela dépend des fois ! Ça ne va pas être une fin en soi du tout. Parce que tu verras, tu vas te rendre compte que ce n’est pas la voie facile.

L’entrepreneuriat est-il adapté à ton profil ?

Tu vas aussi vérifier si l’entrepreneuriat est adapté à ton profil, à ton caractère ou encore à tes aspirations.

Effectivement, je suis persuadée que l’entrepreneuriat quand même répond à certaines qualités, même s’il n’y a pas de profil type non plus.

L’entrepreneuriat est un mode d’exercice professionnel assez particulier et je pense qu’il faut avoir le caractère qui va avec.

Ta situation personnelle et financière et professionnelle est propice à la création d’entreprise ?

Cette étape va pas forcément être agréable.

Je pense que tu vas avoir envie de passer à autre chose et te dire “Mais à quoi ça sert vraiment” ?

Pourtant, c’est fondamental. Ça sert à rien de formaliser tout un projet de création d’entreprise si, au final, ce n’est pas le bon moment pour le faire.

Cette étape impose de te sonder en profondeur, sans mentir à toi-même. C’est vraiment un travail d’introspection que tu dois faire.

Tu peux te poser à cette occasion plusieurs questions, tant sur le plan personnel que professionnel. Je vais énumérer quelques exemples de questions. Évidemment, ce ne sont pas les seules questions que tu peux te poser. Tu peux déjà te demander :

Ai-je bien compris ce qu’implique d’être à son compte ? Je te conseille d’aller lire pas mal de témoignages sur Internet d’entrepreneurs, lit et écoute des podcasts, regarde des vidéos. Ça peut pas mal t’aider pour te poser ces questions là.

Ai-je les économies suffisantes pour tenir quelques mois avec des revenus possiblement plus faibles ?

Parce que oui, dans la plupart des cas, tu vas faire un chiffre d’affaires relativement bas pendant tes premiers mois d’activité, et c’est normal.

Mais par contre, il faut le savoir, il ne faut pas se lancer dans un projet de création d’entreprise en étant ultra stressé par l’argent, en se disant : voilà, j’ai de quoi tenir un mois.

Il faut vraiment que tu sois sereine par rapport à ça et que tu aies quelques économies de côté. Que tu aies, par exemple, même s’il n’y a pas de chiffres universel, les 5-6 mois pour “survivre” dans ton épargne.

Pourquoi est-ce que je veux créer mon entreprise ? On en parlait tout à l’heure. Il faut entreprendre pour de bonnes raisons.

Ça peut être la liberté.

Ça peut être la flexibilité. Le fait, par exemple, de pouvoir choisir ses missions, de pouvoir choisir les clients avec lesquels on veut travailler.

Ça peut être le fait de passer plus de temps avec sa famille, de voyager. Il y a plein de raisons.

C’est important de faire le point pour s’assurer que tu n’entreprends pas pour les mauvaises raisons et surtout que tu puisses garder une petite motivation en tête quand tu te décourageras. Parce que ça va arriver, tu auras des moments de doute, des moments sera plus compliqué. C’est important de pouvoir se raccrocher à tous ses objectifs de vie-là.

Tu peux également te demander : quels sont mes atouts et mes faiblesses ?

Quelle est ma situation familiale et patrimoniale actuelle ? etc.

C’est vraiment toutes les questions qui vont être en lien avec la création d’entreprise. Comment ça peut impacter ? Est ce que je suis suffisamment soutenue par ma famille ? Il y a plein, plein, plein de questions que tu peux te poser.

Le tout, c’est de faire un bilan personnel et professionnel qui soit sincère. Tout simplement.

Il faut que tu sois sincère et que tu prennes le temps de te poser pour répondre à ces questions là.

Étape n°2 : Structurer son projet

C’est à cette étape là que tu vas formaliser ton idée d’entreprise… parce que je sais que tu dois en avoir une.

En général, on se dit pas du jour au lendemain : “Bon, ben, je vais créer mon entreprise, je ne sais pas du tout quoi, mais je vais la créer”.

Tu vas formaliser ton idée d’entreprise et tu vas également vérifier sa faisabilité.

Si tu veux créer un business en ligne, un business de service, être free lance, tu n’as pas forcément besoin d’un business plan costaud avec étude de marché, etc.

Tu sais, c’est le genre de choses dont tu as besoin pour créer ou créer une société. Là, si tu deviens auto entrepreneur, avec business de services, business en ligne, c’est pas forcément obligatoire de bien bien formaliser tout ça. Mais par contre, c’est super important d’avoir une idée d’entreprise précise.

Qu’est ce que ça veut dire “une idée d’entreprise précise”?

Il va falloir que tu réfléchisse à plusieurs choses. Ta cible, donc, à qui tu veux adresser ? Quel va être ton client idéal? Que fait-il dans la vie? Etc. À qui tu veux t’adresser ?

Les services que tu veux proposer : quel(s) service(s) proposer ? Qu’est ce que tu aimes faire ? Dans quoi tu as des compétences? Dans quoi tu as une expertise et de l’expérience? Qu’est ce que tu veux proposer ? Attention, il ne faut pas s’éparpiller. Je trouve ça très important de prendre le temps de bien réfléchir à ce que tu veux proposer.

Et surtout ne pas vouloir être trop généraliste ou vouloir tout proposer, car ton positionnement sera pas bon. Il sera beaucoup trop large. Au final, personne identifiera à ton entreprise.

Tu peux également réfléchir au prix. C’est un peu prématuré à cette étape là parce que ça dépend déjà du statut juridique choisi, parce que les charges ne vont pas se calculer de la même façon. Et ça doit être répercuté sur le prix parce que l’objectif, c’est quand même d’être rentable. C’est un peu prématuré, mais tu peux quand même y réfléchir. Tu peux réfléchir à un TJM ou au prix d’un package.

Tes idées ne seront pas figées

Tous ces éléments là de ton positionnement, tu vas les affiner au fur et à mesure. Là, c’est vraiment d’avoir une idée relativement précise.

Au final, tu dois pouvoir dire en une phrase qui tu veux aider et ce que tu veux proposer. Par exemple : j’aimerais être rédactrice web pour les entreprises de cosmétiques, ou j’aimerais être social media manager spécialisé en environnement.

Pour t’aider, tu peux poser toutes tes questions sur papier. Pourquoi pas faire une mind map où tu notes toutes tes idées ? Tu essaies de les relier avec tes désirs, avec ce qui se fait (mini étude de marché), acec tes désirs, aspirations, avec ce que fait la concurrence, etc. Ça peut t’aider à organiser tes idées.

N’hésite pas à faire plusieurs tableaux, à faire des listes avec des bullet points, etc. Tout ce qui peut aider.

Ça dépend vraiment de tes habitudes. Comment est ce que tu réfléchis ? Est ce que tu es plus à l’aise avec l’écrit, ou est-ce que tu veux faire ça sur ton ordinateur ? Etc.

Faire une mini étude de marché

Tu peux faire une mini étude de marché en allant voir ce qui se fait déjà.

Avant de me lancer, j’ai passé pas mal de temps à regarder les profils de freelance sur LinkedIn, sur leur site, et directement sur les plateformes free lance. Même si, petit aparté, les plateformes free-lance, ce n’est pas une référence en freelance : ça tire les prix vers le bas.

Ça doit être un tout. Tu peux regarder sur LinkedIn, sur Internet et un peu si tu veux, sur les sites de free-lance pour voir ce qu’on propose.

Donc, pas de panique. Ton positionnement pourrait être affiné dans les premiers mois de son activité. C’est vraiment pour savoir où tu vas aller. Qu’est ce que tu veux proposer? À qui ? Mais ensuite, tu verras, dans les premières semaines, tu pourras faire tout un travail sur ta clientèle idéale, par exemple en interviewant tes clients idéaux pour réussir à faire un portrait robot et proposer une offre cohérente par rapport aux besoins de ta cible.

Mais ça, vraiment, ça viendra après. Là, l’essentiel, c’est d’avoir une idée générale.

Étape n°3 : Échanger avec les bonnes personnes

J’insiste sur les “bonnes” personnes.

Il y a deux catégories de personnes auxquelles tu peux adresser.

Tu peux soit t’adresser à des organismes. Je pense par exemple aux chambres de commerce et d’industrie qui organisent souvent des journées ou des semaines de formation. Je pense également à Pôle emploi, qui peut être amené à te conseiller.

Ou bien tu peux adresser aux professionnels eux-mêmes, aux entrepreneurs. Et ça, c’est vraiment l’option que je préfère. Parce que qui d’autre peut mieux te renseigner que les personnes qui font actuellement ce que tu veux faire, toi, dans les prochains mois?

Les organismes, ça peut être une bonne solution. J’entends cependant des avis assez mitigés sur les formations proposées par ces organismes là.

Certaines personnes sont très contentes de l’accompagnement dont elles ont pu bénéficier, d’autres, beaucoup moins. C’est à toi de te faire ton idée. Tu peux déplacer, tu tu peux aller voir ce qui se fait. Quelles formations sont proposées, etc. En principe, c’est gratuit.

Pour ce qui est des professionnels eux-mêmes, tu peux les contacter directement sur leur site ou sur leurs réseaux sociaux, par exemple en les contactant sur LinkedIn.

Tu peux leur demander de parler de leur activité en leur posant certaines questions. C’est vraiment une option cool pour avoir des bons retours. En général, les gens sont contents de parler de leur métier et de leur activité, de pouvoir aider les entrepreneurs débutants.

En tout cas, c’est ce que j’ai fait avant de créer mon entreprise. J’ai envoyé quelques messages à des personnes qui exerçaient l’activité que je voulais exercer moi même. Et ça a été vraiment bénéfique. Ça a été rassurant. J’ai appris plein de choses.

Je te conseille vraiment de faire ça. Tu peux également participer à des réunions, des forums d’entrepreneurs, des conférences ou des after work organisés par des coworking.

Et là, tu pourras également échanger avec les entrepreneurs qui sont déjà en activité.

Je fais une petite parenthèse : attention aux avis bienveillants, entre guillemets, de l’entourage. C’est super important pour la création d’entreprise. L’entourage doit soutenir, l’entourage doit nous faire confiance, croire en nous. S’il y a des personnes comme ça dans ton entourage, c’est du pain béni.

Par contre, les meilleurs conseils viendront des entrepreneurs eux mêmes, des chefs d’entreprise, des professionnels, des freelance.

Tu vas voir que quand tu vas annoncer à ton entourage que tu veux créer son entreprise, tout le monde va vouloir mettre son petit grain de sel, avec des conseils par-ci par-là. C’est important de prendre conseil auprès d’entrepreneurs, auprès de personnes qui sont déjà passées par là.

C’est important pour pas se laisser décourager, pour ne pas se laisser induire en erreur, etc. C’est vraiment vital de bien choisir ses sources d’information.

J’en ai fini avec les trois premières étapes qui correspondent à l’idée. Tu as validé ton envie d’entreprendre, tu as également un peu peaufiné ton idée d’entreprise et tu as pris des renseignements auprès des bonnes personnes.

Là, tu as le socle. On passe maintenant à l’action. On sait ce qu’on veut faire. Il faut maintenant regarder comment le faire. C’est là que vient l’étape 4. Et là, on va vraiment rentrer dans le vif du sujet. Je sens que ça va te plaire !

Étape 4 : choisir un statut juridique adapté à l’activité envisagée

Pourquoi on le fait à ce moment là ?

Un bon statut juridique, c’est un statut qui est adapté à l’activité envisagée.

Qu’est ce que ça veut dire ?

C’est un statut qui a été choisi en fonction de la nature de l’activité, en fonction de tes objectifs, de ton projet, de tes envies sur le long terme, des besoins financiers de ton entreprise, etc.

C’est important de bien choisir son statut juridique après que tu aies choisi quoi faire. Ça parait logique, mais parfois, certaines personnes vont vouloir mettre la charrue avant les bœufs. Tout le monde leur a dit d’être entre auto-entrepreneur, donc c’est ce qu’elles vont faire.

Ce n’est pas bien de faire ça.

Pourquoi ne pas choisir son statut juridique après toutes les étapes ?

Là, je parle surtout des personnes qui sont tellement enthousiastes qu’elles vont commencer à communiquer sur les réseaux sociaux, faire un site Internet, réfléchir aux mentions légales, etc.

C’est comme si tu achetais toute la déco de ta maison, tous les meubles, les peintures etc, avant même d’acheter la maison !

Il faut que tu vois ton entreprise (au sens juridique du terme) comme un véhicule qui va te permettre d’entreprendre, de monter un projet, etc. C’est vraiment le socle, donc il faut vraiment résoudre cette question là avant de d’imaginer à développer son compte Instagram, etc. C’est important.

Société ou entreprise individuelle ?

Il y a deux façons de créer son entreprise en France : l’entreprise individuelle et la société.

Je vais être assez rapide sur cette partie là. Comme je l’ai dit tout à l’heure, surtout pour ce sujet là, ça pourrait faire un podcast en entier, voire même plusieurs podcasts. Je vais vraiment être très rapide, aller à l’essentiel.

La différence entre l’entreprise individuelle et la société se situe sur un plan juridique.

Qu’est-ce qu’une entreprise individuelle ?

L’entreprise individuelle, ce n’est pas une personne morale à part entière, c’est à dire qu’elle ne se détache pas de ta personne. Elle est intimement reliée à ta personne. Ton entreprise individuelle ne jouit pas de droits propres. Elle ne dispose pas d’un capital qui lui est propre, etc.

Ton entreprise = toi, au contraire, de la société.

Qu’est-ce qu’une société ?

La société, c’est une personne à part entière, il y a d’un côté toi, et de l’autre ta société. La société a un capital, un patrimoine, un nom à elle.

Elle peut agir en justice toute seule même si, bien sûr, elle sera représentée par son représentant légal. Mais elle peut agir en justice toute seule, elle peut contracter (passer des contrats), etc. C’est vraiment une personne à part entière.

Les 3 types d’entreprises individuelles

En général, quand on commence à entreprendre, on choisit l’entreprise individuelle. Dans l’entreprise individuelle, tu trouveras deux variantes : l’entrepreneur individuel classique, la micro-entreprise et l’EIRL.

La micro-entreprise et l’EIRL ne sont pas des statuts juridiques à part entière.

L’EIRL, c’est une entreprise individuelle dans laquelle ton patrimoine personnel est protégé.

La micro-entreprise, quant à elle, est une entreprise individuelle, toujours, avec un régime fiscal et social simplifié : la micro-entreprise. C’est ce qu’on appelle également le régime auto entrepreneur. L’auto entreprise ou la micro-entreprise, c’est exactement la même chose. Il n’y a pas de différence.

Faut-il choisir la micro-entreprise ?

Tout le monde parle de la micro-entreprise dans l’entrepreneuriat.

Pourquoi ? Parce que c’est un régime ultra simple, avec peu de charges, avec peu d’obligations comptables et déclaratives. Il y a 7 avantages principaux à la micro-entreprise.

Je fais un petit aparté : la micro-entreprise n’est pas adaptée à tous les projets. Elle présente plein d’inconvénients.

Le premier des inconvénients, c’est le fait de ne pas pouvoir déduire ses charges au réel. Par exemple, si tu prends un freelance pour t’aider dans ton activité, tu ne pourras pas déduire de ton chiffre d’affaires la somme que tu lui as versé.

Ça limite donc un peu les perspectives de développement. C’est vraiment adapté au début d’activité.

Tu ne peux pas t’associer non plus. Tu as des plafonds de chiffre d’affaires. C’est assez limité. Il faut vraiment se poser la question : est-ce qu’on ne commence pas directement en entreprise individuelle classique ou en société ?

Pour en savoir plus, tu peux passer le test : “La micro-entreprise est-elle faite pour toi ?”

Tu pourras faire le test. C’est un test interactif. Il y a une dizaine de questions et à la fin, tu sauras si la micro-entreprise paraît adaptée ou non à ton projet.

Le choix du statut juridique, parfois, on s’en fait souvent toute une montagne.

Il faut surtout bien comprendre quelles sont les différences entre les différents statuts juridiques proposés par le Droit. Parce que c’est vrai qu’il y en a beaucoup. Mais une fois qu’on a compris ça, c’est assez clair. On peut aller de l’avant.

Étape n°5 : s’informer sur les aides à la création d’entreprise

Pourquoi cette étape-là à ce moment là ?

Certaines aides dépendent du statut juridique choisi, je pense par exemple à l’ACRE. L’ACRE, pour les entreprises classiques et les sociétés, n’est pas la même que l’ACRE pour les auto-entrepreneurs. Il y a des petites différences dans les modalités d’application, même si un peu moins depuis 2020.

Il faut également avoir un projet d’entreprise clair pour savoir de quelle aide on a besoin. Forcément, c’est en formalisant son projet qu’on va se rendre compte de nos besoins. Exemple : j’ai besoin d’arrêter mon travail pour un certain temps. J’ai besoin d’un prêt, etc. C’est vraiment une étape qui vient après le choix du statut juridique et après avoir peaufiné son idée d’entreprise.

Il y a différents types d’aides proposées par le droit français.

Ça peut constituer un soutien moral, un soutien financier ou un soutien logistique.

Chômage et micro-entreprise

Il faut savoir que tu peux très bien cumuler chômage et entrepreneuriat. Et d’ailleurs, c’est une option que choisissent la majorité des salariés qui ont des droits au chômage.

Il y a deux modalités pour profiter du chômage quand tu es auto-entrepreneur : tu peux bénéficier soit de l’ARE, soit de l’ARCE.

Ce sont sont deux dispositifs différents. Cela vaut le coup que tu te renseignes et que tu te demandes quelles modalités tu vas choisir si tu as droit au chômage.

Autres aides à la création

Tu as également des exonérations de charges sociales avec l’ACRE.

Tu as aussi le congé création reprise d’entreprise qui te permet de stopper ton activité, soit totalement, soit partiellement pendant un certain temps, histoire de pouvoir monter sereinement ton projet d’entreprise.

Tu as enfin d’autres aides comme le Cape, le Nacre, etc.

Il existe donc tout un panel d’aides à la création d’entreprise.

Attention, les appellations se ressemblent ! Ça peut être un véritable enfer quand on ne connait pas bien: ARE, ARCE, ACRE, NACRE… Ils ne nous facilitent pas la vie ! Mais il faut prendre le temps de se renseigner parce que ça peut vraiment changer du tout au tout ton projet de création d’entreprise.

Étape n°6 : poser des objectifs et structurer sa progression

C’est super important, à mon sens, de poser des deadline et des objectifs pour ton projet.

C’est ça qui va te permettre d’avancer.

Si tu n’as pas d’objectifs clairs, définis, assortis à des deadline, tu n’avances pas, ou moins bien. C’est très important de savoir où aller et c’est la meilleure façon d’éviter la procrastination.

Attention cependant, toutes les personnes ne réagissent pas bien à la pression des objectifs de deadline, etc. Même quand on se les impose soi-même. C’est toi qui te connais le mieux, c’est toi qui vois comment faire, mais pose au moins quelques petits objectifs pour avancer sereinement, pour savoir où aller.

Par exemple, tu peux te demander quand est-ce que tu souhaites poser ta démission, quand est-ce que tu te lances définitivement à temps complet dans l’entrepreneuriat. Combien de temps pour trouver ton premier client, pour ton activité, etc.

Pour t’aider à poser des objectifs, tu peux essayer la méthode SMART. La méthode SMART a vocation à poser des objectifs spécifiques, mesurables, ambitieux et atteignables, réalistes et temporels.

C’est une méthode que j’utilise pour poser mes propres objectifs. Ça te permet de poser des objectifs qui peuvent t’ apporter quelque chose, qui peuvent te motiver sans te décourager, et te guider. Ils peuvent te permettre d’avancer plus vite.

Tu peux également te fixer des objectifs financiers. Ça impose que tu sois à peu près au clair sur tes tarifs. Je dis “à peu près” parce que c’est quelque chose, comme je l’ai dit, qui va s’affiner au fur et à mesure. Une fois que tu es à peu près au clair sur tes tarifs, sur ton TJM si tu es freelance, et que tu sais évaluer tes charges, tu peux te poser un petit objectif financier.

Combien de chiffre d’affaires tu veux réaliser au bout de 3 mois, au bout de 6 mois ? Etc. Attention ne pas mettre la barre trop haut.

Les premiers mois d’activité sont souvent très plats, plus plats qu’on ne le pense. Ce n’est pas grave mais il ne faut pas surestimer le chiffre d’affaires à réaliser. C’est quelque chose qui prend du temps. Il faut y aller étape par étape. Il ne faut pas se laisser engloutir par ses objectifs.

Ce que j’aime bien faire, c’est poser des objectifs sur le moyen et le long terme. Comme ça, j’ai une vision d’ensemble sur ce que je veux faire pour mon entreprise.

Par exemple, tu peux fixer un objectif à un an, mais un an, c’est énorme. Donc, il faut absolument que tu puisses le diviser en sous-objectifs et en sous-sous objectifs.

Par exemple, tu te fixes un objectif global à 1 an qui est par exemple, de vivre de ton activité avec 2 000 euros de chiffre d’affaires mensuel. Pour y arriver, il faut que tu te fixes un objectif tous les 3 mois, par exemple : au bout de 3 mois, j’ai un ou deux clients réguliers.

Tu as donc ton objectif, tes sous-objectifs tous les 3 mois et ensuite tu peux faire un plan d’action sur 12 semaines avec des sous-sous objectifs, des tâches, des missions qui te permettront d’arriver à tes sous-objectifs et à ton objectif final. C’est très important de se fixer des objectifs à long terme et moyen terme.

C’est super important, mais il faut aussi savoir les diviser parce que sinon, ça devient irréalisable, c’est décourageant, etc.

Étapes de la création d’entreprise : ce qu’il faut retenir

C’est ainsi que se termine ma liste des six étapes pour créer sereinement et solidement ton entreprise.

Comme je te l’ai dit au tout début, je n’ai pas tout détaillé. Il y a énormément de choses à dire. Je pourrais y passer plein temps, par exemple sur les aides à la création d’entreprise, sur les avantages de la micro-entreprise, etc.

Mais ça me donne des idées pour les prochains podcasts !

L’objectif, c’était vraiment de te donner un panorama, de te donner vraiment un fil conducteur pour ne pas que tu sois perdue et que tu puisses avancer petit à petit.

N’hésite pas à poser tout ça par écrit, à prendre des notes. À voir comment ça pourrait rentrer dans ton calendrier.

Par exemple, tu te dis : cette semaine je vais vraiment faire le point sur ma situation personnelle et professionnelle. Le mois prochain, je vais commencer à vraiment réfléchir, à peaufiner mon entreprise, tout en allant interviewer quelques entrepreneurs.

Attention à ne pas se comparer aux autres. Attention à ne pas lire trop de success stories sur la création d’entreprise.

C’est vraiment un parcours qui est propre, un parcours personnel. Chacun son rythme. Ce n’est pas grave si tu mets plus de temps que prévu.

Il vaut mieux passer du temps à bien peaufiner, à bien être sûr de ton projet, au lieu de lancer trop vite, de te dégoûter, de partir dans la mauvaise direction.

Vraiment, prends le temps de te poser les bonnes questions. Ne te flagelle pas si tu mets plus de temps que prévu. C’est pas grave, chacun son rythme. Le tout, c’est de suivre un rythme cohérent, d’être organisé, de suivre sa progression au fur et à mesure de pouvoir se dire : qu’est ce que j’ai fait dans les dernières semaines ? Qu’est ce qu’il me reste à faire ? Où j’en suis aujourd’hui?

Je pense que c’est ça le plus important.

Tu aimeras peut-être…

Comment vivre rapidement de son activité ?

Comment vivre rapidement de son activité ?

L’argent, l’argent, l’argent, c’est peut-être bien l’inquiétude numéro 1 des entrepreneurs débutants. Et c’est normal. A fortiori quand on est habitué à un salaire régulier… On se demande donc si on va pouvoir vivre rapidement de son activité d’entrepreneur. Quand...

2 Commentaire(s)

2 Commentaires

  1. Nadou Dilemma

    Chouette ! Je suis ravie de te découvrir en podcast (autrement qu’en invitée) ! J’adore ce format moi aussi, surtout pour occuper intelligemment les trajets pour aller bosser 😉
    Merci pour cet article très clair, j’ai bien avancé sur toute cette réflexion avec l’accompagnement dont j’ai bénéficié récemment, maintenant il ne me reste plus qu’à sauter le pas. Même si j’ai conscience que ce n’est peut-être pas le statut le plus adapté (notamment du fait que j’ai un projet immobilier à venir) je vais créer ma micro-entreprise car c’est surtout un moyen de compléter mon temps partiel que je n’ai pas envie de lâcher (depuis le temps que j’attendais ce job de rêve !)

    Réponse
    • Maëlane

      Merci beaucoup Nadou, ravie que cet article t’ait été utile !

      Réponse

Laisser un commentaire