fbpx

Comment protéger ton business en ligne ?

18 Déc, 2019

À l’automne, Julie du blog Julie Kinoko m’a invitée dans son podcast Être Soi, un podcast destiné aux femmes entrepreneures.

D’ailleurs, si comme moi tu es fan de podcasts, je t’invite vivement à écouter ce que Julie a à te dire. Elle alterne entre épisodes en solo et interviews de femmes inspirantes.

Julie est venue me trouver pour évoquer ensemble une thématique un peu obscure pour le commun des mortels : celle de protéger son business en ligne.

Pour écouter l’épisode, c’est par ici !

Je viens t’expliquer aujourd’hui par écrit les notions évoquées dans le podcast.

Protéger son business en ligne, ça veut dire quoi ?

Protéger ton entreprise signifie :

  • Réduire au maximum le risque de litiges avec des tiers, en premier lieu tes clients.
  • Éviter l’engagement de ta responsabilité ou le prononcé de sanctions financières pour non-respect de la loi.
  • Te protéger contre le risque d’impayé, de contrefaçon, ou encore de concurrence déloyale.

C’est une notion finalement assez vague, qui fait appel à tout un tas de concepts juridiques.

Pour y voir plus clair, j’ai listé à l’occasion de cet épisode de podcast 5 manières de protéger ton business en ligne.

Si nous nous sommes cantonnées à 5 notions, cette liste n’est bien sûr pas exhaustive. On aurait pu en parler pendant des heures !

5 conseils pour protéger ton business en ligne

Le podcast s’est voulu pragmatique : j’ai pensé aux 5 astuces les plus pratico-pratiques, immédiatement applicables, pour protéger ton entreprise.

Conseil n°1 : Ne jamais commencer une prestation sans contrat, ni devis

Ce conseil, tu l’as sans doute vu et revu.

Mais qui n’a pas déjà fait cette erreur ?

Ne commence jamais une prestation sans contrat ni devis SIGNÉS.

C’est en effet le meilleur moyen de 1) te retrouver avec une prestation achevée mais non payée, 2) des litiges avec ton client car le cadre n’aura jamais été clairement défini.

Conseil n°2 : Ne pas négliger l’importance des CGV

Autre document juridique important : les CGV.

Elles te permettent d’encadrer la relation entre ton client et toi, et de fixer toutes les modalités importantes : paiement, livraison, remboursement, rétractation…

Les CGV ne sont pas tout le temps obligatoires. Un devis très détaillé peut en outre remplacer les CGV. Mais cela vaut le coup d’y jeter un (profond) coup d’oeil.

Plan d'action salariée entrepreneure 6 étapes

Conseil n°3 : Bien connaître la procédure en cas d’impayé

Les impayés n’arrivent pas qu’aux autres.

Au moment du premier impayé, il sera déjà trop tard pour bien comprendre et anticiper la procédure. Tu risques alors de perdre du temps et de l’argent.

Mon conseil : renseigne-toi en amont sur la procédure à suivre pour gérer les impayés (relances, mise en demeure…).

Tu gagneras en sérénité et en temps le jour où un client se montrera négligent.

Conseil n°4 : Veille à tes droits d’auteur

Encore une notion largement sous-estimée par les freelances.

Spoiler alert : tu jouis de droits moraux et patrimoniaux sur les créations qui proviennent directement de ton esprit. Tout cela est monétisable.

Céder tes droits d’auteur peut se faire par le biais d’une clause ou d’un contrat dédié.

Tant que tes droits ne sont pas cédés, tu les conserves, et ce même si le client a réglé la prestation.

Conseil n°5 : N’oublie pas le dépôt de marque

Tant que tu n’as pas déposé ta marque – qui représente le signe distinct de ton entreprise (logo, son…) – tu ne peux pas la protéger face aux tiers.

Tu risques alors de te faire voler ton travail (voire ta notoriété), et il sera plus difficile de te défendre.

Un dépôt de marque se fait auprès de l’INPI. La procédure est simple et entièrement dématérialisée. Compte environ 200 € pour 10 ans de protection. Un bon investissement !

C’est ainsi que s’achève la liste non-exhaustive de mes conseils pour protéger ton business en ligne. Je serais curieuse de savoir si tu mets déjà en pratique l’un de ces conseils !

Protéger business en ligne

Tu aimeras peut-être…

Les vacances en micro-entreprise

Les vacances en micro-entreprise

Les vacances restent un sujet assez controversé lorsqu’on est entrepreneur on se refuse parfois le droit de prendre des vacances sous pretexte que l’activité repose sur nos épaules. Pourtant, prendre 5 jours de vacances par an au bout de 2 ans ne devrait pas être la...

4 erreurs d’auto-entrepreneur débutant à éviter

4 erreurs d’auto-entrepreneur débutant à éviter

Créer une micro-entreprise, c’est pour beaucoup mettre les pieds pour la première fois dans la gestion d’entreprise. Il y a beaucoup de choses à connaître, à comprendre et à mettre en application. Le risque : se sentir submergé. C’est d’ailleurs pour cela que tous mes...

2 Commentaire(s)

2 Commentaires

  1. La plume rose

    Il faut vraiment que je fasse mon dépôt de marque auprès de l’INPI ! Merci pour la piqûre de rappel, je n’y aurai plus pensé sinon ^^

    Réponse
    • Maëlane

      On s’aperçoit souvent de ces choses-là seulement quand on rencontre des problèmes (plagiat, vol de logo…) : mieux vaut prévenir que guérir !

      Réponse

Laisser un commentaire