Tu lis sûrement partout que la micro-entreprise est la solution rêvée pour tout baby entrepreneur. Et c’est vrai pour plusieurs raisons : régime social et fiscal simplifiés, possibilité de bénéficier de l’ACRE, obligations comptables considérablement allégées

En clair, la micro-entreprise est simple à gérer, et les charges ne sont pas importantes.

Est-ce pour autant la solution reine pour créer une entreprise ?

Comme pour chaque question juridique ou fiscale, il est impossible de procéder à des généralités. A chaque situation sa solution la mieux adaptée. Et ce ne sera pas forcément de créer une micro-entreprise !

Je t’explique aujourd’hui les limites et inconvénients de la micro-entreprise.

Ce que tu vas apprendre sur les inconvénients de la micro-entreprise

Au cours de cet article, tu apprendras que :

  • La micro-entreprise a été pensée pour convenir à un maximum d’entrepreneurs débutants.
  • La micro-entreprise n’est pas non plus l’Eldorado, car il existe des inconvénients à ne pas négliger.
  • La micro-entreprise n’est pas adaptée à TOUTES les situations.
  • Elle convient principalement aux débuts d’activité, sans trop de charges, en tant que solopreneur.

[Article lié : Bien s’informer quand on est entrepreneur (Droit & Fiscalité)]

Les inconvénients de la micro-entreprise
Epingle sur Pinterest !

Les inconvénients de la micro-entreprise en termes d’activité : pas pour tout le monde !

Parmi les premiers inconvénients de la micro-entreprise, en voici un de taille : la micro-entreprise n’est pas possible pour TOUTES les activités.

Sans rentrer dans le détail (il existe beaucouuuup de règles), voici un extrait du palmarès des activités privées de micro-entreprise :

  • Les activités rattachées au régime social agricole (MSA).
  • Les activités relevant de la TVA immobilière, sauf quelques exceptions.
  • Les activités de location d’immeubles non meublés ou professionnels.
  • Les activités artistiques rémunérées par des droits d’auteur.

[Article lié : Créer une micro-entreprise, combien ça coûte ?]

Les inconvénients en termes de chiffre d’affaires : attention au plafonnement !

La micro-entreprise est réservée aux petites entreprises débutantes, réalisant un chiffre d’affaires annuel inférieur à :

  • 170 000 euros en ventes
  • 70 000 euros en prestations de services.

Avant le 1er janvier 2018, les plafonds étaient 2 fois moins élevés. Attention donc aux articles juridiques sur Internet, qui ne sont pas tout le temps à jour.

Les inconvénients en termes de régime fiscal : l’Impôt sur le Revenu ou rien

Quand tu crées une société, celle-ci a un régime d’imposition “de base” : soit l’IR, soit l’IS. Cela dépend du type de société.

La plupart des sociétés à l’IR peuvent opter pour l’IS, et inversement. Cela permet de faire de l’optimisation fiscale en fonction des caractéristiques de la société nouvellement créée. Dans certains cas (voire souvent), passer à l’IS sera plus avantageux.

Quand on est en micro-entreprise, une seule possibilité : être imposé à l’IR.

des difficultés à établir tes factures ?

☑ Guide gratuit facturation

☑ 4 modèles de factures aux normes

Inscris-toi pour le recevoir immédiatement ! 

Les inconvénients en termes d’association : solopreneurs uniquement !

La micro-entreprise n’est possible que si tu entreprends seul. C’est-à-dire :

  • En entreprise individuelle,
  • En EIRL,
  • En SARL unipersonnelle (l’EURL) avec associé gérant personne physique.

Il est dès lors impossible de s’associer avec un autre auto-entrepreneur ou de créer une société pluripersonnelle (SAS, SA, SARL…).

Je te conseille de faire très attention si tu as l’intention d’échapper à la création d’une société pour profiter des charges sociales et fiscales allégées de la micro-entreprise.

En effet, il est strictement interdit de s’associer entre auto-entrepreneurs. Le régime de la micro-entreprise a été pensé pour aider les solopreneurs. Il ne doit pas être détourné de son essence, sous peine d’une jolie requalification en “société créée de fait”.

Si l’URSSAF et le Fisc considèrent que tu as voulu entreprendre avec d’autres personnes tout en voulant bénéficier de la micro-entreprise, l’addition risque d’être salée. En effet, toutes les cotisations seront recalculées comme si tes associés et toi aviez créé une société pluripersonnelle.

[Article lié : Quel statut juridique pour devenir freelance ?]

Les inconvénients en termes de TVA : déduction souvent interdite

Un auto-entrepreneur en régime de franchise en base de TVA (grosso modo, cela veut dire exonération de TVA) ne peut pas déduire la TVA sur ses achats.

Au contraire, un entrepreneur redevable de la TVA devra collecter celle-ci sur ses ventes. Mais il pourra en contrepartie déduire celle qu’il paie sur ses achats.

C’est un point à ne pas négliger si tu as l’intention de faire beaucoup d’achats de stock, par exemple.

Importante précision : ce n’est pas parce que tu es auto-entrepreneur que tu es forcément exonéré de TVA. Je te rappelle que, depuis le 1er janvier 2018, les seuils de la franchise de TVA sont deux fois moins importants que ceux de la micro-entreprise.

L’impossibilité de déduire la TVA n’est donc pas vraiment un inconvénient de la micro-entreprise, mais plutôt du régime en base de TVA lui-même.

Les inconvénients en termes de charges : impossible de déduire au réel

Les cotisations sociales fiscales de la micro-entreprise sont calculées sur le chiffre d’affaires. Au contraire, pour une entreprise normale, elles sont calculées sur le bénéfice net, càd après soustraction des charges.

Il existe 2 manières d’imposer le CA de l’auto-entrepreneur :

  • En cas d’option pour le versement libératoire d’IR : le CA est imposé à un taux variant de 1 à 2,2% selon la nature de ton activité.
  • En l’absence d’option : le CA est imposé selon le barème de l’IR, avec abattement forfaitaire pour frais (de 34% à 71% selon la nature de ton activité).

Dans un cas comme dans l’autre, il est impossible de déduire tes dépenses réelles. Il faudra se contenter d’un abattement forfaitaire (et donc forcément arbitraire) opéré par les Impôts.

La conséquence ? Si ton activité implique d’importantes charges, tu seras sans doute perdant. En micro-entreprise, tu devras payer des cotisations même si tes dépenses sont supérieures à ce que tu gagnes !

Les inconvénients sur le plan financier : quelle crédibilité à long terme ?

Les obligations comptables en micro-entreprise sont TRÈS simplifiées. N’hésite pas à enregistrer le lien ci-dessous pour faire un point rapidement 😉

[Article lié : Tout savoir sur les obligations comptables de l’auto-entrepreneur]

La conséquence de cette simplification ? Aucun document comptable (a priori) ne peut attester de la rentabilité de ta micro-entreprise.

Or, cela peut être un inconvénient. Cela pose en effet la question de la crédibilité l’auto-entrepreneur face aux banques et aux partenaires commerciaux. Cela peut bloquer la demande de certains financements personnels et professionnels, par exemple.

Pour la même raison, il est également difficile d’envisager la revente de son activité.

Pour résumer : Les limites de la micro-entreprise

Afin de t’aider à retenir quels sont les inconvénients de la micro-entreprise, en voici un petit résumé :

  • Certaines activités ne sont pas compatibles avec le régime de la micro-entreprise. Tel est le cas par exemple des…
  • Les plafonds de CA pour profiter de la micro-entreprise sont assez bas.
  • Il est impossible de choisir entre l’IR et l’IS. Inutile alors de penser optimiser ta situation fiscale.
  • Tu ne peux que te lancer seul dans l’aventure de la micro-entreprise. Il est impossible d’avoir des associés quand tu es auto-entrepreneur. Le risque si jamais ta situation est bordeline ? Une requalification en “société créée de fait”, avec les conséquences financières associés.
  • Jusqu’à la moitié des seuils plafond de la micro-entreprise, tu ne factures pas de TVA. En contrepartie, tu ne peux pas la déduire sur tes achats. Si tu achètes beaucoup de stock, cela peut t’être rapidement défavorable.
  • En micro-entreprise, il est impossible de déduire au réel ( = pour leur montant réel) ses charges.
  • Aucun document comptable ne permet d’attester de la rentabilité de ta micro-entreprise. Cela peut être un frein quant à ta crédibilité et la possibilité d’obtenir des financements.

Comment éviter les inconvénients de la micro-entreprise ?

Si tu es sur le point de créer ta micro-entreprise, je te conseille de ne procéder à aucune généralité. Ne pars pas bille en tête en te disant “je vais devenir auto-entrepreneur”.

Au contraire, pose-toi et analyse tous les avantages et inconvénients, comme pour n’importe quel choix juridique ou fiscal à faire.

Même si la micro-entreprise a 90% de chances d’être adaptée à ta situation si tu entreprends seul, il serait dommage de perdre de l’argent et de freiner ton activité inutilement.

N’hésite pas au besoin à te faire accompagner par un professionnel du droit ou de la comptabilité. Ou à me poser des questions 😉

des difficultés à établir tes factures ?

☑ Guide gratuit facturation

☑ 4 modèles de factures aux normes

Inscris-toi pour le recevoir immédiatement !