fbpx

LE BLOG

It's time to breakthrough to success on your own terms.

offert

Entre tes infos pour le recevoir dans 30 secondes :

ton guide auto-entrepreneur

Cadeau!

le guide auto-entrepreneur

20 pages d'infos indispensables

je le veux !

CATEGORIES

micro-entreprise

Être entrepreneure

création d'entreprise

organisation

astuces business

finances

guide offert

le guide du régime auto-entrepreneur: 20 pages d'infos indispensables

Écouter le podcast

dis-moi en plus !

Moi, c'est Maëlane ! J'aide les solopreneures à bâtir une activité pérenne, solide et rentable, sans stratégies compliquées ni épuisement. Si tu cherches à créer et faire grandir ta micro-entreprise, tu es clairement au bon endroit :)

Hello!

Comment vivre rapidement de son activité ?

Création d'entreprise

13 mai 2020

L’argent, l’argent, l’argent, c’est peut-être bien l’inquiétude numéro 1 des entrepreneurs débutants. Et c’est normal. A fortiori quand on est habitué à un salaire régulier… On se demande donc si on va pouvoir vivre rapidement de son activité d’entrepreneur.

Quand j’ai débuté, j’étais incapable de me projeter et de savoir si j’allais pouvoir vivre de mon activité, et combien de temps ça prendrait. 

Au fil des mois, je me suis rendue compte de certaines choses. J’ai parfois perdu beaucoup de temps. J’ai aussi constaté combien certaines actions étaient efficaces.

Mettons-nous à l’aise tout de suite : cet article + épisode ne va pas t’apprendre comment gagner 2 000 euros en 2 heures. Désolée, je cherche également la recette moi-même, ça m’arrangerait bien ????

Cet article va cependant te donner quelques astuces pour pouvoir te dégager une rémunération suffisante au bout de quelques mois d’activité. Rien d’extraordinaire, rien de secret, pas de recette magique. Mais cela a le mérite d’être des conseils concrets et efficaces…. Qui te permettront de construire de façon solide ton entreprise. C’est parti !

Vivre rapidement de son activité, ça veut dire quoi ?

Commençons par le terme « rapidement », certes un peu racoleur (mais au moins, c’est parlant !). Rapidement à l’échelle entrepreneuriale, ce n’est pas quelques mois. Je dirais quelques mois, sans durée précise ni universelle. Est-ce que par exemple, au bout de 3 mois, on peut vivre de son activité ? 

Mais aussi… qu’est-ce qu’on entend par “vivre de son activité” ? C’est vivre, selon moi, sans avoir besoin de toucher d’autres aides, et vivre sans avoir à angoisser toutes les nuits : ça c’est le minimum.

Mais ensuite, le confort financier, c’est quelque chose de très subjectif. Une personne A pourra te dire qu’elle vit bien de son activité, tandis qu’une personne B pourra te dire qu’elle galère à joindre les deux bouts… Alors qu’elles gagnent la même somme. 

Sur cette question des finances, je te conseille l’épisode 4 : Comment gérer ses finances en micro-entreprise ? et l’épisode 9 : Combien gagne-t-on réellement en freelance ?.

Dans cet épisode, je vais te donner quelques conseils pour te dégager sous quelques mois une rémunération équivalente à celle d’un salarié par exemple. C’est un objectif tout à fait réalisable.

De mon côté, j’ai rapidement vécu de mon activité. Je n’ai pas envie de donner de stats ni de chiffres car le but ce n’est pas de se comparer. Mais j’ai envie de te dire aujourd’hui, en toute bienveillance : oui, c’est possible ❤️ Mais il va falloir éviter quelques pièges et obstacles.

Le but aujourd’hui : gagner du temps dans le développement de ton activité, en évitant le maximum de pièges possible.

Conseil n°1 pour vivre rapidement de son activité : faire simple !

Pars d’un business model simple. Une gamme de produits réduite. Une ou deux prestations freelance.

Ne t’aventure pas dans des business en ligne compliqués, qui se monétisent d’une façon « originale », et ne cède pas à la tentation de proposer une gamme de produits ou de services énormes.

Déjà, ça risque de brouiller ton message auprès de ta clientèle ou de ton audience. Ensuite, tu te disperses. Tu n’arrives pas à commercialiser le produit parce que tu débutes tout juste et que tout te semble trop compliqué. 

Privilégie des services ou produits que tu peux lancer rapidement, dans lesquels tes compétences actuelles sont rapidement mobilisables, qui te demandent pas un coût de production ou de création trop important.

Par exemple, oui les business en ligne font rêver, les revenus « passifs » (LOL, ça n’a rien de passif) ça fait rêver, mais cela prend du temps. Construire une audience, recueillir sa confiance, créer du contenu pertinent… Pourquoi ne pas commencer par du coaching ? Ce genre de prestation est possible au tout début d’une activité, même si tu n’as pas une grosse audience.

Évite également de te lancer dans plusieurs projets en même temps, c’est une erreur. Une chose à la fois, même si c’est frustrant (je sais de quoi je parle !).

À lire également : 5 conseils concrets pour lancer ton business cette année

Conseil n°2 : concentre-toi sur l’essentiel… pas sur des détails

L’essentiel : connaître sur le bout des doigts sa clientèle, son audience cible, son persona, puis construire une offre qui répond de façon pertinente à un besoin précis de sa cible.

La priorité n’est pas d’avoir un site internet magnifique, une séquence email parfaite, des cartes de visite qui brillent…

Conseil n°3 : prépare ton lancement à l’avance

Si tu le souhaites et que tu sens que tu serais plus sereine de cette façon, n’hésite pas à préparer le maximum de choses pendant la fin de ton contrat de travail.

D’une part “ça t’avance” pour quand tu auras plus de coussin de sécurité, d’autre part ça te permet d’éviter de paniquer et de te paralyser.

Conseil n°4 : adopte une vision à moyen ou long terme

C’est angoissant de ne pas savoir où aller. Le risque : faire du sur-place. Se fixer des objectifs sur 3, 6 ou 12 mois est une bonne idée. C’est quelque chose que je fais régulièrement et qui m’aide beaucoup. 

Évidemment, c’est très compliqué de savoir où on sera dans 12 mois surtout quand on débute (et même après !). Mais avoir ne serait-ce qu’un fil conducteur peut changer beaucoup de choses. Cela permet de savoir où aller, et surtout se motiver. Quand on avance et qu’on ne sait pas pourquoi on avance, ça donne un coup au moral quand on a des difficultés !

À lire également : Comment j’organise ma vie d’entrepreneure ? Les coulisses

Conseil n°5 : fais-toi accompagner

S’il y a bien un investissement que je privilégierais, c’est celui-ci ! L’accompagnement peut prendre différentes formes : formation en ligne, membership (comme la Micropreneure Academy), coaching individuel, coaching de groupe, mentoring…

Les avantages : gagner un temps fou en bénéficiant d’infos concrètes et/ou de l’expérience de la personne qui t’accompagne. Je me suis fait accompagner côté business et ça m’a fait faire un bon en avant !

Et puis tout simplement : investir et être épaulé, ça permet de se mettre un coup de pied aux fesses et d’ENFIN faire les choses !

Conseil n°6 : investis intelligemment

La question à se poser quand tu souhaites acquérir un outil, du matériel, une formation… Est-ce que cet investissement peut me faire gagner du temps et/ou de l’argent ? C’est là toute la différence entre dépense et investissement. Une dépense t’appauvrit, et puis c’est fini. Au contraire, un investissement t’appauvrit sur le moment MAIS tu retrouves ensuite ton investissement, et il peut même être multiplié.

Évite les dépenses inutiles, par exemple une formation Facebook Ads si tu n’en as jamais fait, que tu te lances en freelance et que tu n’as même pas commencé à proposer du contenu gratuit à ton audience. Les dépenses inutiles ou peu urgentes freinent ta rentabilité. 

Au contraire, dire non à n’importe quel investissement risque de freiner ta progression car tu prendras beaucoup de temps à essayer de tout comprendre et faire par toi-même. À terme, ce n’est pas tenable !

Conseil n°7 : mise sur le marketing de contenu

Le marketing du contenu (content marketing en anglais) peut vraiment te permettre de vivre rapidement de ton activité.
L’enjeu du marketing de contenu, c’est : comment tu vas attirer ton client idéal en produisant un contenu de qualité, qui répond à ses problématiques, qui lui parle, et qui l’amène naturellement vers d’autres phases du tunnel de vente, jusqu’à la vente finale.

C’est très puissant. Cela permet de prouver ton expertise, acquérir la confiance de l’audience, être reconnue comme experte/spécialiste…

Par exemple, Danilo Duchesnes propose depuis deux ans du contenu excellent autour des Facebook Ads et à présent du marketing de contenu. Il s’est fait connaître comme cela (ça a été très rapide !). Désormais, quand je pense aux Facebooks Ads, je pense forcément à Danilo.

Conseil n°8 : ne compte pas sur les aides

Quand tu calcules tes objectifs financiers, tes tarifs, ta rentabilité, ne prend pas en compte les aides.

Ne tiens pas compte du chômage pour évaluer si tu peux vivre de ton activité. Ne tiens pas non plus compte de l’ACRE pour calculer des prix. Raisonne comme si tu étais taxée « plein pot », y compris à la TVA. C’est important car lorsque ton imposition va se corser, il faut que tu sois sûre que ton entreprise va survivre.

Conseil n°9 : ne procrastine pas sur la phase de vente

Oui, c’est bien de communiquer, de te faire connaître, etc. Mais il va falloir apprendre à vendre, apprendre à négocier, apprendre à amener ton acheteur vers un achat. Il faut bien, à un moment donné, gagner de l’argent avec son activité ! Et je sais à quel point c’est compliqué. Mais ne t’en fais pas : la vente, ça s’apprend !

Essaie de ne pas procrastiner sur la vente, qu’elle soit directe ou indirecte. Par exemple, pour le marketing de contenu, c’est bien de produire du contenu, maintenant il va falloir amener le lecteur plus loin : séquence email, cadeau à télécharger, lancement d’un produit, etc. 

Va à la rencontre de tes clients. Tu as forcément quelque chose à leur offrir. La vente n’est pas « mal ». Au contraire : tu te proposes de résoudre les problèmes de ton client idéal !

Conseil n°10 : ne cède pas à la tentation du prix bas 

Qu’on se le dise : fixer un tarif bas n’est jamais une bonne idée pour trouver des clients.

Il existe plein de raisons de ne pas fixer un prix trop bas : 

  • Ça te décrédibilise.
  • Le prospect n’a pas confiance, il se méfie.
  • Le prospect ne valorise pas ton travail, il n’est pas respectueux.
  • Tu te tapes des clients chiants (sorry not sorry !).
  • Tu t’épuises au travail car tu n’arrives pas à être rentable.

Compris ? 🙂

*

Et, bien sûr, je ne rappellerais jamais assez l’importance du mindset quand on entreprend ! C’est important d’être dans un bon état d’esprit en débutant son activité.

À lire aussi : Pourquoi un bon mindset est déterminant pour ton entreprise

J’espère que ces petits conseils pratiques t’aideront à vivre rapidement de ton activité, exercer une activité qui te plaît et entamer sereinement ta première année d’entrepreneuriat.

Cet article t’a plu ? Épingle-le sur Pinterest 🙂

partage ce post:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CATEGORIES

micro-entreprise

Être entrepreneure

création d'entreprise

organisation

astuces business

finances

guide offert

le guide du régime auto-entrepreneur: 20 pages d'infos indispensables

Écouter le podcast

dis-moi en plus !

Moi, c'est Maëlane ! J'aide les solopreneures à bâtir une activité pérenne, solide et rentable, sans stratégies compliquées ni épuisement. Si tu cherches à créer et faire grandir ta micro-entreprise, tu es clairement au bon endroit :)

Hello!